Copalme

Cercle de réflexion et d'échange des arboristes francophones

Accueil > Actualités & Agendas > Tests de résistance au glissement sur les principaux noeuds autobloquants (...)

> Tests de résistance au glissement sur les principaux noeuds autobloquants utilisés par les arboristes grimpeurs

Ces tests ont été effectués par l’association Copalme en partenariat avec l’entreprise Courant "Cordes et process" d’Angers. En effet, beaucoup d’entre nous se posent des questions concernant l’efficacité des nœuds autobloquants. Avec ces tests, nous avons essayé d’apprécier et de comparer la résistance au glissement des principaux nœuds utilisés dans notre métier.

PROTOCOLE DE TEST :

Les cordages
La corde de rappel
"Kanopa" EN 1891:1998 de type A
Diamètre de 12.1 mm (polyamide / polyester)
Résistance statique 3400 daN

Corde pour nœuds autobloquants
Phoenix 8 mm en 32 fuseaux
Corde simple tresse avec âme en cablés
Résistance statique 1800 daN

Phoenix 10 mm en 16 fuseaux
Corde simple tresse avec âme en cablés
Résistance statique 2200 daN

  • Tous les tests ont été réalisés avec le même type de corde de rappel (description ci-dessus). Une corde neuve a été utilisée pour chaque test de traction.
  • Tous les nœuds ont été successivement confectionnés et testés en 8 et 10 mm.
  • Préalablement à la traction, un soin particulier a été porté au positionnement des nœuds sur la corde de rappel. Ils ont tous été réalisés avec des enroulements réalisés au plus près de la corde.
  • La vitesse de traction est restée identique pour tous les tests de traction (1 mètre en 4minutes et 30 secondes).
  • Les mesures ont été relevées dès que le glissement du nœud sur la corde de rappel a atteint 2 cm.

RESULTATS :

Rappel : Les mesures en daN indiquées dans le tableau sont celles relevées dès que le glissement du nœud sur la corde de rappel a atteint 2 cm.

REMARQUE :

Bien que ces tests aient été réalisés avec des cordages dont les conceptions, les diamètres et les textures sont proches des standards utilisés par les arboristes grimpeurs, les données ainsi que les conclusions suivantes, ne peuvent pas être généralisées.
Pour cette même raison, ces tests ne permettent seulement que de hiérarchiser les qualités de serrage de ces nœuds les uns par rapport aux autres.

INTERPRETATION :

Parmi les nœuds éprouvés sur le banc de test, seulement deux se sont étirés jusqu’à rupture sans aucun glissement. Il s’agit du nœud de Blake et du Machard français. Le Blake n’est pas un nœud autobloquant qui est souvent utilisé sur rappel. Il est plus fréquemment utilisé pour contre-assurer certains systèmes d’accès comme les doubles poignées ascensionnelles ou par un sauveteur qui souhaite accéder à sa victime par le brin tombant du rappel de cette dernière (cf. mémento du grimpeur sauveteur secouriste du travail). Les résultats enregistrés lors du test montrent que ce nœud est tout à fait adapté à ces utilisations très particulières.

Pour les Prusiks, beaucoup de grimpeurs pensent que la qualité de serrage est plus ou moins efficace selon que le frein soit placé à droite ou à gauche. Ce test montre que la position du frein n’a que peu d’incidence sur la qualité de serrage.
Il n’y a pas non plus de différence d’efficacité notable en rapport avec le diamètre utilisé. Par contre, il est nettement mis en évidence que le prusik à 3 tours est bien plus efficace que celui à 2 tours, et cela quel que soit le diamètre de corde à nœud utilisée.

Le Distel à 3 tours est le nœud autobloquant le moins "serrant" de ce test. Ses caractéristiques le rendent très approprié pour une utilisation en nœud autobloquant sur corde de rappel. notamment sur le registre des TMS (tendinite, épicondylite) liées aux efforts de traction sur les nœuds par les grimpeurs. A l’opposé le prusik trois tours est certainement un des nœuds usuels sur corde le plus difficile à faire glisser.

Le valdotain tressé et le machard sont aussi des nœuds "glissants" qui demandent assez peu d’efforts pour provoquer un glissement (attention malgré tout à ces nœuds qui ont quelques fois besoin d’être rechargés sous le poids du grimpeur).

Remonter
SPIP | | Mentions légales | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0