Copalme

Cercle de réflexion et d'échange des arboristes francophones

> Les noeuds de l’arboriste

L’origine des nœuds et de leurs utilisations remontent à des temps ancestraux. Les hommes des cavernes réalisaient déjà des nœuds simples. Les grandes civilisations antiques (Perse, Grecque et Romaine) maîtrisaient déjà parfaitement cet art.

Aujourd’hui une multitude de nœuds avec autant de variantes existent. Nombreux sont les ouvrages (à orientations maritime, spéléologique ou montagnarde) traitant ce sujet. Les activités sportives telles : la navigation de plaisance, l’escalade, la spéléologie ou la pêche à la ligne utilisent de nombreux nœuds en les adaptant aux caractéristiques des cordages modernes.

Les marins ayant principalement développé cet art, ont désigné de nombreux nœuds avec des noms à évocation marine ou batelière.
Il est fréquent qu’un nœuds possède plusieurs noms. Ainsi le nœud de cabestan se nomme également nœuds de batelier ou nœuds de demi-clef à capeler.

Le nom d’un nœud est souvent fonction, soit de son origine, soit de son utilisation, soit du nom de l’auteur ou du vulgarisateur.

Il arrive aussi qu’un nœud soit issu de la combinaison de deux ou plusieurs autres nœuds. Le nœud de Stilson, utilisé pour la fixation d’une poulie sur un fût, résulte de la combinaison d’une tête d’alouette et d’une demi-clef.

Les fiches téléchargeables présentent les caractéristiques et les procédures de réalisation de chacun des nœuds : Consultez les PDFs (Accessibles uniquement aux abonnés)
Remonter
SPIP | | Mentions légales | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0